Distributeur de légumes : les points à prendre en compte

Distributeur de légumes

Les professionnels dans le secteur de l’hôtellerie, la restauration et les métiers de bouche sont obligés d’avoir un grossiste ou un distributeur de légumes en fonction de leurs besoins. Le fournisseur ne se choisit donc pas au hasard, car il en va du développement de leurs activités. En France, les grossistes distribuent près de 40 % de tous les fruits et légumes qui sont utilisés au quotidien. Pour choisir le distributeur qui vous convient, vous pouvez vous fier aux critères suivants.

Choisir son distributeur de légumes en fonction du type de produit

Le choix de votre distributeur légumes va dépendre du type d’offre que vous proposez à vos clients. Cela va vous permettre d’établir le rapport qualité-prix que vous recherchez. Il y a le distributeur de légumes spécialisé dans les produits locaux et les circuits courts.

Ils proposent des produits frais et de qualité. Ils travaillent en fonction des normes et des législations en vigueur. Ils fournissent des fruits et légumes de saison. Ce sont des produits élaborés dans le but de limiter l’impact de leur culture sur l’environnement.

Il y a également les grossistes qui proposent des produits en provenance de l’étranger. Leurs produits sont riches, variés et issus d’un circuit de distribution long. Bien que leur prix soit attractif, le concept n’est pas toujours écologique.

Collaborer avec un distributeur écoresponsable

Un distributeur respectueux de l’environnement est un collaborateur fiable. Si en plus il prodigue un service d’accompagnement, il est le profil idéal pour évoluer avec vous dans le métier que vous réalisez. Il saura vous orienter vers les produits de saison qui sublimeront vos menus, que vous soyez un traiteur, un restaurateur, un boulanger…

Vos livraisons se feront dans des véhicules qui sont conformes aux normes telles que celui de l’Euro6. C’est une norme qui aide à faire baisser la consommation de carburant pour réduire l’impact environnemental du distributeur au niveau de l’environnement. Pour aller plus loin dans leur démarche, le grossiste de légume écoresponsable forme ses conducteurs à la conduite écoresponsable.

Pour respecter le délai de livraison de votre commande, chaque véhicule de livraison est équipé d’un système de PDA. Cette technologie sert à suivre l’évolution de votre livraison en temps réel.

Un professionnel qui adopte la politique de la transparence

La fiabilité et l’honnêteté d’un fournisseur passent aussi par la politique de transparence qu’il adopte lors de ses collaborations. Aussi, il doit être en mesure d’afficher l’origine des fruits et légumes qu’il vend, leurs prix et leurs systèmes de conditionnement.

Ce sont des détails importants lorsque vous travaillez dans les métiers de bouche. Connaître l’itinéraire d’un produit facilite l’expertise de la gamme de produits que vous avez en votre possession. La plupart du temps, vous avez la possibilité de passer votre commande en ligne. La dématérialisation de vos commandes vous permet d’y avoir accès à tout moment.

La qualité de prestation de votre distributeur de légumes fera sa notoriété. Pour vous aider à vous fixer dans vos choix, vous pouvez tenir compte des recommandations et avis sur le web. Vous obtiendrez également des informations en assistant à des événements qui permettent un contact immédiat avec un grossiste de fruits et légumes.

Comment se forment les rides du visage?

Les rides du visage

La peau de notre visage bouge en permanence. Elle est ultra-sollicitée quand nous parlons, quand nous rions, quand nous mangeons, et même quand nous nous énervons. Elle subit ainsi plus de 15000 crispations par jour. Lorsque la peau est jeune et bien ferme, elle peut compenser ces crispations. Malheureusement, avec l’âge, la peau devient plus fragile et ces multiples crispations finissent par se transformer en rides. Lisez notre dossier sur les rides du visage pour en comprendre davantage.

Qu’est-ce qu’une ride ?

Une ride est une dépression cutanée due à l’atrophie de l’hypoderme, qui est la couche la plus profonde de la peau. Le petit sillon qui se forme au niveau de la peau ne revenant pas à son niveau initial, forme une ride.

Il existe deux types de rides : les rides d’expressions et les rides dues à l’affaissement du visage. Le premier type est le résultat d’une contraction des muscles faciaux. Ces rides apparaissent vers la trentaine et se logent particulièrement dans la zone inter-sourcilière. Vers 40 ans, ce sont les rides frontales qui se forment. Le deuxième type de rides quant à lui est statique est n’est pas dû aux mouvements du visage. Il est donc plus difficile à éliminer ou à atténuer.

Causes et facteurs d’apparition des rides du visage

Les rides se manifestent à cause de l’altération de deux protéines ; le collagène et l’élastine. Ces deux protéines assurant la jeunesse et la souplesse de la peau.

On distingue deux types de vieillissement cutané :

  • Le processus de vieillissement hormonal qui est génétiquement programmé et intrinsèque. Il peut être causé par un renouvellement cellulaire plus lent que la normale lors du vieillissement.
  • le vieillissement causé par des agents extrinsèques comme l’exposition au soleil, une alimentation trop grasse, le tabac et l’alcool.   

Ceci explique pourquoi deux personnes qui ont le même âge ne vieillissent pas de la même façon. 

Comment prévenir l’apparition des rides du visage ?

Le vieillissement de la peau est bien évidemment inévitable. Néanmoins, il existe des solutions pour repousser l’apparition des rides. Le meilleur moyen est de limiter l’exposition au soleil, tout en adoptant une hygiène de vie saine (comprenant une alimentation équilibrée et une hydratation régulière de la peau). Les massages faciaux ainsi que les exercices de yoga du visage peuvent également être bénéfiques.

D’autres méthodes antirides plus lourdes existent, comme l’injection d’acide hyaluronique. Un produit semblable a la toxine botulique et qui comble les rides. L’effet de l’acide hyaluronique n’est cependant pas permanent, il est nécessaire d’avoir recours à des injections régulièrement et sans arrêt, pour assurer l’efficacité du traitement.

Le lifting fait également partie des solutions antirides pratiquées. Cette méthode chirurgicale est toutefois recommandée en cas de dernier recours, lorsque les autres méthodes ne sont plus suffisantes. Elle est plutôt destinée aux problèmes d’affaissement du visage.

Vertus anti-âge du transresvératrol

Si vous préférez opter pour une méthode plus douce et naturelle, le transresvératrol possède des vertus anti-âge impressionnantes.

En effet, ce polyphénol antioxydant issu du vin rouge, a fait l’objet d’un vif intérêt ces dernières années en raison de ses propriétés anti-âge uniques. Le transresvératrol peut spécifiquement aider à réduire le processus de vieillissement intrinsèque (influencé par la génétique), tout en restaurant la peau et en la protégeant des facteurs de vieillissement extrinsèques. Véritable allié anti-âge, le transresvératrol a aujourd’hui sa place dans la protection de la peau et dans le ralentissement de l’apparition des rides.

Les vertus de la poutargue sur la santé

Poutargue

La poutargue ou boutargue est un mets assez particulier qui continue de faire parler d’elle pour différentes raisons.  Ce produit hors du commun fabriqué à partir d’œufs de muge  présente une saveur iodée typique qui fait  qu’elle peut être consommée seule ou en accompagnement à d’autres ingrédients. Aussi connu sous d’autres appellations selon le pays, cet ingrédient à la saveur marine a la cote pour son goût et également pour toutes ses vertus pour la santé en général. 

Les origines de la poutargue

Pour pouvoir parler des bienfaits de la boutargue, il convient de retracer son origine. Selon l’histoire, cette nourriture qui serait source de vitalité et bien d’autres bienfaits sont une invention qui date de 4000 ans avec l’Egypte comme origine. Ensuite, elle est apparue en Tunisie puis dans toute la Méditerranée et partout dans le monde où ce produit aura différentes appellations comme Bottarga en Italie et karasumi, au Japon.

Son processus de fabrication reste artisanal et obéit à certaines règles pour éviter tout gaspillage tant ce produit est si fragile. Après la pêche des muges, les fabricants extraient leurs œufs puis les enveloppent dans la rogue. Ils procèdent ensuite au salage et séchage des œufs. L’étape suivante consiste à les couvrir avec de la cire d’abeille, une manière de conserver le produit.

Consommer de la poutargue pour rester en forme

Ces œufs de poisson ont tout pour plaire surtout si l’on se réfère aux différents apports nutritionnels que cette spécialité culinaire apporte. La boutargue a de nombreuses vertus pour la santé. Premièrement le mulet est un poisson gras. De ce fait, il regorge d’acide gras oméga 3 dont la particularité est de faire monter le taux de bon cholestérol dans le sang. Ce mets très apprécié permet également la régulation de la tension artérielle de l’être humain et assure le maintien de l’élasticité des vaisseaux sanguins. Ce produit est donc très recommandé chez les personnes présentant des troubles cardiovasculaires à condition de manger une quantité suffisante. D’ailleurs l’apport idéal en Oméga 3 se situe entre 0,8 à 1,5 g/j.

D’autre part, les œufs de mulet séchés sont une excellente source de calcium et de magnésium. Ainsi, en consommer en quantité suffisante permet dans un premier temps de solidifier les dents et les os. Ensuite, ils permettent d’éviter les crampes et spasmes musculaires pouvant handicaper le quotidien.

Par ailleurs, la présence de magnésium dans les œufs de mulet combat contre le stress et l’anxiété, car il a le pouvoir de détendre les muscles. De nombreuses personnes sujettes à la spasmophilie ont obtenu de très bons résultats en intégrant le magnésium dans leur alimentation avec notamment la consommation de ce type d’œufs de poisson.

À noter également que la poutargue contient du phosphore, du fluor et des vitamines A, B et D.

Perdre du poids avec la poutargue

Prendre du poids, beaucoup d’entre nous ont du mal pour atteindre nos objectifs et éviter l’effet yoyo. La boutargue se présente comme un aliment de choix pour aider dans son régime minceur et à maintenir son poids idéal.

Premièrement, comme dit plus haut, les œufs de mulet sont une concentrée de nutriments indispensables pour garder l’équilibre et éviter la consommation de mauvaises graisses. Les consommer est un moyen d’obtenir en un seul repas, une variété de nutriments indispensables pour l’organisme. Cependant, comme on dit : tout abus n’est pas bon, il faudra limiter sa consommation par jour étant donné que le produit est très riche en sel. Une petite quantité par repas permet d’obtenir la dose suffisante de vitamines et minéraux  dont le corps a besoin pour bien fonctionner.

Pour optimiser la perte de poids, il est très important de varier les ingrédients à associer avec le produit. L’on peut très bien le cuisiner en entrée avec de la salade d’avocat et du spaghetti à la poutargue ou de la Trofie à la poutargue et tomates cerises comme plat entre autres.

Mieux anticiper le passage à l’heure d’hiver

Le changement d'heure pour l'hiver

L’heure d’été prend fin et les jours plus sombres et plus courts de l’hiver commencent. Si vos smartphones s’adaptent automatiquement à ce changement, vos horloges internes ne sont pas aussi faciles à reprogrammer. C’est le moment idéal pour écouter votre corps et commencer à adopter quelques habitudes quotidiennes afin d’anticiper le passage à l’heure d’hiver !

Comment réinitialiser votre horloge interne pour vous adapter plus rapidement au changement ?

Les médecins du sommeil voient la fin de l’heure d’été comme un conflit possible entre les rythmes circadiens de l’organisme et les attentes de la société. Il s’avère en effet que le passage à l’heure d’hiver induise plusieurs changements au niveau de la santé, de l’alimentation et puisse même causer des accidents. Heureusement, votre corps est équipé pour faire face à ces changements.

Voici quelques conseils pour anticiper le décalage horaire en hiver :

Gérer son rythme de sommeil

Mais alors, dort-on 1h de plus ou de moins? Pour le passage à l’heure d’hiver ce sera toujours 1h de plus de gagnée.

Durant la période qui précède le changement d’heure, il est préconisé de se coucher un peu plus tard qu’à l’habitude, pour se caler progressivement sur le nouveau rythme. La première nuit qui suit le passage à l’heure d’hiver, il sera notamment conseillé d’écouter votre corps et de vous coucher lorsque vous en ressentez le besoin.

Par ailleurs, l’hygiène de base du sommeil implique la réduction ou l’élimination progressive de la caféine, de l’alcool l’après-midi et le soir. Elle comprend également l’arrêt de l’exercice physique plusieurs heures avant le coucher.

La luminothérapie pour palier au décalage horaire

Des journées plus courtes affectent votre santé et votre humeur da manière négative. Les niveaux d’énergie dans l’organisme diminuent ainsi que les niveaux de sérotonine ; une hormone responsable de la régulation de l’humeur.

Prenez le temps de faire une promenade le matin ou en début d’après-midi à l’extérieur pour profiter au maximum du soleil et de la lumière naturelle. À défaut, utilisez une boîte de luminothérapie ou une alarme qui s’illumine lorsque vous vous réveillez.

Le signal lumineux amène votre cerveau à cesser de produire les hormones du sommeil comme la mélatonine et à augmenter la production du cortisol ; hormone du réveil.

Vous pouvez ensuite utiliser une lumière vive pendant la journée, chaque fois que vous avez besoin d’un regain d’humeur ou d’énergie.

Les compléments alimentaires à la rescousse

Après le changement d’heure, certains suppléments peuvent également aider votre organisme, si vos rythmes circadiens ne sont pas synchronisés.

La glycine, par exemple, peut vous aider à vous endormir plus rapidement et à bénéficier d’un sommeil réparateur. Elle agit sur le bien-être physique en favorisant la récupération, mais également sur le bien-être mental. Plusieurs études ont prouvé son efficacité sur le cerveau. 

Si vous recherchez des compléments issus de plantes, nous vous conseillons les compléments alimentaires Dynveo. Produits naturels et français de qualité, les suppléments Dynveo sont fabriqués dans le sud de la France, près de Montpellier. Parmi ces compléments santé, vous pourrez retrouver notamment l’ashwagandha et l’honokiol, bénéfiques également pour anticiper le passage à l’heure d’hiver.

La cigarette électronique est-elle réellement bénéfique ?

Une femme entrain de vapoter

Depuis que la cigarette électronique a été mise sur le marché, les ventes de cigarettes classiques ont chuté. C’est une grande première dans l’histoire du tabagisme et évidemment, on aimerait tous que cette baisse se poursuive. Mais est-il vraiment prudent de troquer le tabagisme contre la vape ? Cette dernière n’a-t-elle réellement que des avantages ?

Vapoter est-il prudent ?

Si on doit choisir entre la vape et le tabagisme, alors oui, vapoter reste prudent. Sachez que ces deux phénomènes n’ont en commun qu’une partie de leur appellation à savoir « cigarette ». Pour le reste, tout est différent.

Pour une expérience de la vape réussie, il est conseillé de choisir une des meilleures vapoteuses électroniques sur le marché. Un modèle de qualité donne une meilleure restitution des saveurs et en plus, vous met à l’abri des risques d’explosion, fréquents sur des e-cigarettes bas de gamme. Il faut rappeler que le vapotage consiste à aspirer, en guise de fumée, une vapeur aromatisée. Celle-ci provient de l’évaporation d’un liquide contenant des ingrédients non toxiques pour l’organisme. Il est toujours conseillé de lire l’étiquette du flacon qui vous intéresse afin d’écarter les dangers. Si certains ingrédients vous paraissent suspicieux, mieux vaut choisir un autre flacon.  

A côté de la vape, le tabagisme consiste à aspirer une fumée issue de la combustion du tabac. Et on sait tous que cette combustion produit des centaines de produits toxiques dont les plus meurtriers sont le goudron, le monoxyde de carbone et les particules fines. Ces substances sont absentes chez la vapeur aromatisée de l’e-cigarette et ce pour deux raisons principales :

  • La cigarette électronique n’a pas besoin de combustion pour fonctionner. Il suffit d’appuyer sur le bouton ON de l’appareil pour déclencher le système.
  • Les e-liquides ne contiennent pas de tabac, même ceux qui proposent une saveur tabac. La seule trace que l’on pourrait y trouver provient de la nicotine, présente dans certains flacons d’e-liquide. Cette substance est issue des feuilles de tabac, mais son taux dans les e-liquides ne lui permet pas de dégager des substances toxiques.

De ce fait, dire que la vape est plus saine que le tabagisme est correct. Quant à le confirmer à 100 %, les avis restent partagés.

Pourquoi des doutes sur les effets de la vape ?

Même si les professionnels de la santé sont contents de voir que la cigarette électronique a permis de réduire le nombre de fumeurs, ils restent quand même sur leurs gardes. Selon eux, la vape fait toujours entrer un corps étranger à l’intérieur de notre organisme et qu’on le veuille ou non, cela aura toujours un impact sur notre santé. Jusqu’ici, nul ne peut affirmer que cet impact soit néfaste ou bénéfique.

Quelques recherches récemment menées ont commencé à évoquer certains méfaits de la vape, notamment sur les voies respiratoires et sur les cellules cardiaques. Les chercheurs à l’origine de ces études ont effectivement déclaré que chez les personnes qui n’ont jamais fumé, l’e-cigarette endommageait doucement les cellules du cœur. Par contre, ces mêmes effets ne sont pas remarqués chez les anciens fumeurs, leur organisme ayant déjà été endommagé par le tabac.

Cela signifie-t-il qu’il faut arrêter de vapoter ? Si vous n’avez jamais été dépendant à la clope, il serait effectivement préférable de ne pas tomber dans le vapotage. Par contre, si c’est la seule alternative que vous ayez trouvé pour cesser de fumer, alors mieux vaut la conserver.

De toute façon, il n’y a pas lieu de s’affoler, car les données chiffrées appuyant ces hypothèses sont très faibles pour être toxiques. A travers leurs études, les chercheurs appellent seulement à la prudence et recommandent d’éviter les abus. D’autres études plus poussées sont toujours en cours, mais il faudra encore patienter plusieurs années pour savoir à quel point la vape pourrait être dangereuse ou non. Pour des maladies graves comme le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques, il faut environ une observation de 50 ans pour se déclarer, or la cigarette électronique n’a été lancé que vers l’an 2000, soit une vingtaine d’années seulement.

Comment bien utiliser la cigarette électronique ?

Pour que la vape continue de vous apporter plus de bienfaits que de méfaits, il suffit d’adopter quelques bonnes habitudes :

  • Choisir un dispositif et des e-liquides répondant aux normes en vigueur, ou au moins, issus de fabricants connus.
  • Respecter la température de chauffe des e-liquides : aux environs de 180°C pour les e-liquides à taux de propylène glycol élevé et aux environs de 250°C pour les e-liquide High ou Full VG (glycérine végétale).
  • Choisir son taux de nicotine en fonction de son niveau de dépendance. Choisir un e-liquide sans nicotine lorsqu’on n’a jamais fumé auparavant.
  • Ne pas ajouter des huiles ou des produits psychotropes dans ses e-liquides et toujours respecter les seuils établis pour la nicotine et l’alcool.

Si vous respectez ces règles, vous ne vous exposez pas inutilement à des dangers.

Masques chirurgicaux : lequel choisir ?

Masques chirurgicaux

Vous souhaitez acheter un masque chirurgical, pour bien vous protéger contre la Covid-19, mais ne savez pas lequel choisir. Pas de panique, quelques conseils pratiques vous sont dévoilés dans cet article, afin de vous aider à ne pas vous tromper. Retrouvez de ce fait tous les types de masques chirurgicaux et les avantages de choisir ces derniers. Sans oublier les instructions pour les utiliser correctement.

Quels sont les différents types de masques chirurgicaux ?

Pour lutter efficacement contre la propagation du virus, plusieurs modèles de masques sont disponibles sur le marché. Il y a en effet les FFP ou les appareils de protection respiratoire contre les particules, qui sont à la fois filtrants et jetables. Vous trouverez aussi les masques alternatifs, généralement conçus en tissu, qui sont apparus avec la crise sanitaire. Enfin, il y a les masques chirurgicaux, qui permettent d’éviter la projection de gouttelettes émises lorsque vous respirez, toussez, éternuez ou parlez. Ainsi, en préservant les gens qui vous entourent, de tels accessoires vous protègent également.

Ils se déclinent notamment en trois types, selon le degré d’efficacité de leur filtration bactérienne (EFB). Entre autres, si vous choisissez la catégorie I, vous bénéficierez d’une EFB supérieure à 95%. Le type II présente une EFB supérieure à 98%, tandis que les IIR sont relativement résistants aux projections ainsi qu’aux liquides. À noter que ce genre de masque procure uniquement une protection contre l’inhalation de particules suspendues dans l’air, à plus de trois micromètres.

Pourquoi les choisir ?

Un masque chirurgical est avant tout un dispositif médical jetable, permettant de vous protéger contre les virus qui se transmettent par l’intermédiaire de gouttelettes. Bien qu’il ne vous préserve pas des bactéries aériennes, son choix présente tout de même des avantages non négligeables. Les masques chirurgicaux permettent effectivement d’éviter la diffusion de sécrétions salivaires ou respiratoires, lorsque ceux qui les portent expirent. Cela signifie donc que si cette protection est mise par un soignant, celle-ci protègera son patient ainsi que son environnement (à savoir l’air, les matériels, les différentes surfaces et les champs opératoires). En revanche, si elle est portée par une personne à la fois malade et contagieuse, elle évitera à cette dernière de contaminer l’atmosphère et son entourage.

Par ailleurs, ces masques permettent également de protéger ceux qui les portent contre les infections transmissibles au moyen de gouttelettes. Mais aussi contre les risques de projections liquidiennes biologiques. Dans ce cas-là, les protections doivent être dotées d’une couche filtrante. Vous pouvez aussi vous équiper d’une visière, afin de protéger efficacement vos yeux.

Comment les utiliser comme il se doit ?

Pour correctement placer les masques chirurgicaux, il est nécessaire de suivre quelques instructions. En effet, tenez le vôtre uniquement par ses liens, lorsque vous le sortez de son emballage ou lorsque vous désirez le mettre. À noter qu’il est primordial d’avoir des mains bien propres avant toute manipulation. Respectez également le sens de la pose, en veillant à ce que l’obturateur soit bien en haut, au niveau de votre nez. Le côté à appliquer sur le visage est notamment celui qui est le plus rembourré. Vérifiez que les lanières sont parfaitement positionnées derrière vos oreilles et que le masque est bien déplié. Il doit en fait couvrir aussi bien votre nez que votre bouche et votre menton. Pour savoir qu’il est placé correctement, vous constaterez qu’il a tendance à s’écraser contre votre visage. Autrement, vous l’avez mal disposé et il risque de présenter des fuites.

Rectifiez et une fois que vous l’avez convenablement mis, n’y touchez plus du tout. Sauf lorsque vous souhaiterez le retirer, bien sûr. D’ailleurs, il vous est conseillé de le jeter immédiatement ou de le ranger dans un sac hermétique, dès que vous l’aurez enlevé. C’est un masque à usage unique et il doit être régulièrement changé. Sa durée de protection est de trois à huit heures, mais le délai conseillé pour le remplacer est généralement au-delà de quatre heures. Vous pouvez même le faire avant cela, s’il commence à s’humidifier. Une protection humide peut effectivement gêner votre respiration. N’oubliez pas non plus de laver vos mains avant et après que vous ayez changé de masque.