E-santé : l’importance de s’organiser pour appréhender un marché en plein essor

Les objets connectés font partie du quotidien depuis maintenant plusieurs années et ils ont connu une évolution sans précédent. Une nouvelle génération d’IoT vient de faire son apparition et les usages des consommateurs s’en trouvent bouleversés : ils permettent des nouvelles fonctionnalités en temps réel. La santé a un rôle à jouer dans cette nouvelle ère : les enjeux sont complexes. Les questions à se poser sont néanmoins nombreuses : comment toucher une cible qui, de fait, n’est pas sensible au digital et aux nouvelles technologies ? Ce marché est loin d’être structuré et pourtant, ces nouvelles innovations représentent des enjeux pour la santé publique.

Objets connectés : une question de vie ou de mort

santé iotLa démocratisation de la technologie a permis de faire apparaître les objets connectés : des produits qui répondent à un besoin, qui apportent une solution à un problème, qui adaptent une partie de l’économie aux nouveaux usages sociétaux. Néanmoins, lorsqu’il s’applique à la santé, l’IoT devient à la fois sensible et dangereux. Sensible, parce qu’il sort du cadre du confort ; dangereux, parce que la vie d’une personne peut reposer sur son algorithme. A la croisée de la tech et du médical, l’IoT de santé souffre du pire des deux mondes : une contrainte de fonctionnement à toute épreuve qui est cruciale, et une légitimité difficile à acquérir, parce qu’il est encore difficile de mettre une vie entre les mains d’une machine. Pour être éligible à son marché, le produit doit être infaillible : 99,9 % de réussite ne suffit pas.

La confiance est le principal frein aux objets de e-santé

Comment rendre ces objets connectés plus accessibles ? Cela passe avant tout par leur permettre d’inspirer confiance. Les faire tester à des panels de consommateurs, recueillir des témoignages d’utilisateurs, obtenir une norme officielle : gage de crédibilité et marque de fiabilité, ce type de symboles permet de sortir de la dichotomie à laquelle ces objets font face. Les distributeurs doivent être les premiers à faire confiance au produit en acceptent de s’engager vis-à-vis de leurs clients.

Le circuit de distribution des objets de e-santé est encore trop hétérogène

La question des distributeurs est aussi celle des clients : quelle enseigne leur semblera la plus légitime pour être capable de vendre un produit qui soit à la fois à la pointe de la technologie et parfaitement adapté à un enjeu médical ?

Aujourd’hui, les réseaux de distribution ne sont pas structurés autour de la santé connectée. Aucun type de point de vente n’est dédié à cela : une pluralité de distributeurs assure la vente de ces produits. Pharmacies, officines, assureurs, téléassisteurs, grandes enseignes de connectique : la multiplication des acteurs brouille le marché et réduit donc l’accessibilité.

Les séniors, un marché difficile à conquérir pour le digital

L’autre réalité des objets de e-santé, c’est que le marché s’adresse aux séniors. C’est une cible qui, certes, concentre 35 % du PNB national, mais dont la moyenne d’âge est de 82 ans. C’est une population qui a vécu avec les montres, avec l’ORTF et avec la radio comme principal média. Elle est donc assez naturellement hermétique au digital, n’en a ni la culture, ni l’utilité.

Ajoutez à cela la difficulté de communiquer sur la dépendance, sur la fin de vie, sur la perte d’autonomie qui va à l’encontre des codes de communication – des valeurs positives : le décalage entre la cible des objets de e-santé et l’image dégagé par cet IoT devient un véritable frein à leur évangélisation.

Nous vivons déjà plus longtemps : et si l’on vivait vieux et mieux ? Le lien inter et multi générationnel façonné par les objets de e-santé, la solidarité et la lutte contre l’individualisme qu’ils encouragent peuvent bouleverser les usages, pourvu qu’ils soient portés par les bons acteurs. On voit depuis longtemps la silver economy comme un verre à moitié vide : il est temps de le voir – et de le faire voir – à moitié plein.

Avertissement

Les contenus présentés sur cette plateforme n’engagent que leurs auteurs, qui sont par ailleurs indépendants du portail Aperçu Santé. Seuls les professionnels de santé restent compétents pour donner un avis portant de près ou de loin à la santé.

Suivez-nous !

Renseignez votre adresse mail :

Fourni par : FeedBurner

Cap Visibilité : agence web Paris Nantes Perpignan