Comment gérer sa mutuelle quand on arrive à la retraite ?

Au moment de quitter le monde du travail, les seniors sont amenés à se poser de nombreuses questions notamment liées aux avantages qu’ils percevaient lorsqu’ils étaient encore actifs. Comme la santé est au cœur de toutes les préoccupations quand on est une personne âgée, se demander si l’on va continuer à profiter de sa mutuelle santé de salarié même en partant est tout à fait normal. La vérité est que cela est possible sauf que les règles changent

Quitter le monde des actifs, mais garder sa complémentaire santé d’entreprise

Instaurer une complémentaire santé pour leurs employés fait partie des obligations des entreprises. Cette mutuelle permet aux salariés de jouir d’un remboursement sur les différents soins de santé. Le paiement de la moitié (ou plus) des cotisations est pris en charge par l’employeur. L’avantage de ces mutuelles porte sur le fait qu’il s’agit de contrat collectif. Comme le volume d’assurés est important, l’assureur fait un geste en offrant le meilleur rapport garanties-prix aux entreprises. En clair, celles-ci paient moins cher, mais profitent de garanties très intéressantes (voir ici les problématiques d’assurance).

Seul bémol : une fois à la retraite, la donne change. Certes, le retraité a la possibilité de garder sa complémentaire santé d’entreprise et doit en informer l’assureur sous un délai de six mois. Sauf que le contrat collectif doit être modifié sous forme de contrat individuel, ce qui induit forcément une hausse sur les cotisations. Pire, l’employeur n’est plus tenu de payer sa part sur ces fameuses cotisations. Le coût intégral devra alors être acquitté par le retraité lui-même. Pour limiter la casse, la loi oblige les assureurs à ne pas proposer des tarifs qui dépassent les 50% du coût des cotisations applicables aux salariés actifs. Pour illustrer, une mutuelle de 60 euros ne coûtait que 30 euros à l’employé de l’entreprise, la moitié étant versée par l’employeur. À la retraite, le senior devra alors payer 90 euros.

Un assouplissement pour faire face à la hausse des cotisations

Le législateur est bien conscient que cette augmentation des cotisations sur l’assurance santé pour senior n’est pas simple à assumer. Depuis juillet 2017, il a donc modifié les règlementations à ce sujet. La hausse s’effectuera de manière progressive sur trois années. Ainsi, durant la première année, les prix appliqués seront identiques à ceux proposés aux salariés actifs. L’année d’après, ils ne doivent pas dépasser 25% de ces tarifs. Et la troisième année, ils ne doivent pas aller au-delà des 50% de ces tarifs. Le problème est qu’à partir de la quatrième année, il n’existe plus aucune loi encadrant ces augmentations. Car les assureurs ont la liberté d’appliquer les tarifs qu’ils veulent sur leurs assurances santé. Il va donc falloir être très prudent à ce sujet.

Autre inconvénient : seul l’ancien salarié de l’entreprise peut profiter de ces conditions. La famille et autres ayant-droits ne peuvent pas en bénéficier. D’où l’importance de réfléchir avant de sauter le pas. Une astuce consiste à rester sur le même contrat pour la première année vu les avantages qui sont offerts, cela le temps de trouver un autre contrat plus attractif en termes de garanties et de prix.

Avertissement

Les contenus présentés sur cette plateforme n’engagent que leurs auteurs, qui sont par ailleurs indépendants du portail Aperçu Santé. Seuls les professionnels de santé restent compétents pour donner un avis portant de près ou de loin à la santé.

Suivez-nous !

Renseignez votre adresse mail :

Fourni par : FeedBurner

Cap Visibilité : agence web Paris Nantes Perpignan