Les empreintes dentaires numériques : vers le soin dentaire 2.0 avec Protilab

La prise d’empreinte est un geste courant chez le dentiste. Elle intervient dans de nombreux processus : pose d’un appareil dentaire, d’une couronne ou de facettes dentaires… Pourtant la prise d’empreintes est contraignante pour le praticien, qui doit préparer la mixture destinée à la prise, mais aussi pour le patient pour qui l’opération est extrêmement désagréable. Mais cette étape tend aujourd’hui à se moderniser, notamment grâce à l’apparition de scanners spéciaux qui permettent la prise d’empreintes dentaires numériques. L’avis Protilab : une révolution soutenue par notre laboratoire, qui facilite le travail des des praticiens et rend cette étape plus agréable pour le patient. Retour sur cette nouvelle technologie dentaire. Continuer la lecture

L’UFSBD et KOLIBREE mènent l’enquête sur le brossage connecté

Les outils connectés sont de plus en plus populaires et ce, même au sein du domaine de la santé. Ainsi, des études médico-économiques ont prouvé que ces objets pourraient apporter une réelle valeur ajoutée quant au suivi de la santé générale. Mais concernant la santé bucco-dentaire, les applications et les objets doivent tout d’abord faire leurs preuves. KOLIBREE, en partenariat avec l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire) a décidé de tester des objets connectés auprès d’un public peu informé sur ces nouvelles innovations.

Continuer la lecture

Entretenir son appareil dentaire n’a jamais été aussi facile !

Vous portez un appareil dentaire et désirez l’entretenir comme il se doit pour en optimiser la durée de vie ? Nous avons réuni dans ce guide quelques conseils pratiques qui facilitent cet entretien. Vous vous rendrez compte que porter un appareil dentaire n’est pas forcément contraignant. Entretenir son appareil dentaire n’a jamais été aussi facile. Focus. Continuer la lecture

Protège-dent : l’appareil dentaire incontournable pour certains sportifs

La pratique de certains sports peut provoquer des chocs pouvant être violents, en particulier pour les enfants et les jeunes, ce qui alerte de plus en plus les professionnels de l’orthodontie. Afin de mieux protéger les dents et éviter les fractures, le port de protège-dent est très conseillé. Encore faut-il choisir l’appareil le mieux adapté à sa dentition pour garantir son efficacité.

Un protège-dent, ça sert à quoi ?

Un protège-dent, comme son nom l’indique, est une pièce que certains sportifs portent dans leur bouche. Il est destiné pour la protection de la cavité buccale, à savoir la langue, les dents ou encore les joues.

Cet accessoire est fait de matière synthétique. Il recouvre généralement la mâchoire supérieure. Il permet de se protéger des chocs, des coups, des fractures et traumatismes. Il est donc incontournable dans la pratique de sports spécifiques comme le hockey, le skate-board, le VTT, le rugby ainsi que les sports violents et de combat comme le box.

Si vous pratiquez un de ces sports alors que vous portez déjà une prothèse dentaire, votre dentiste pourrait vous recommander de porter un protège-dent pour vous protéger.

Pourquoi faut-il porter un protège-dent ?

La première raison qui pousse les dentistes à recommander le port de protège-dent est tout d’abord d’assurer la protection des dents. Parce que les soins orthodontiques sont parfois très coûteux, il est donc essentiel de prévenir les risques de blessures bucco-dentaires.

A défaut d’un protège-dent, plusieurs traumatismes peuvent survenir. La langue peut se perforer. La mâchoire supérieure et inférieure peut se fracturer. Les dents peuvent être cassées ainsi que les bridges ou couronnes si le sportif en porte. Les joues et les lèvres peuvent souffrir d’une lésion. Les nerfs dentaires peuvent être abîmés. Une commotion cérébrale et même une perte de conscience peuvent même se présenter.

Quel type de protège-dent choisir ?

Il est tout à fait possible d’éviter tous ces risques en choisissant un protège-dent, mais il ne faut pas choisir n’importe lequel. Un professionnel de l’orthodontie ou bien un dentiste pourrait mieux vous guider.

Tout d’abord, il existe les protège-dents classiques qui sont faciles à mouler et très pratiques aussi pour son porteur. Ils sont prêts à l’emploi et pas chers non plus. Cependant, ils ne peuvent pas forcément garantir une meilleure protection des dents. Il y a également les protège-dents à mordre et à bouillir et enfin les protèges dents sur mesure qui sont très prisés pour leur qualité.

Le déchaussement des dents : l’explication complète pour prévenir la maladie

Parmi les maladies parodontales les plus courantes, on trouve le déchaussement dentaire. Qu’est-ce que c’est ? Comment le reconnaître? Quels sont les symptômes? Trouvez toutes les réponses à vos questions dans cet article.

Le déchaussement des dents, c’est quoi au juste ?

Pour bien comprendre ce qu’est cette maladie, il faut avant tout savoir comment fonctionnent nos dents et notre gencive.

La dent, formée par la couronne et la racine, est rattachée à ce que l’on appelle os alvéolaire par des ligaments alvéolo-dentaires. Alors que la couronne est bien visible, la racine est quant à elle dissimulée et protégée par un ensemble de tissus de soutient appelé parodonte.

C’est justement ce dernier (composé par la gencive, l’os , les ligaments et les canaux alvéolaires) qui est affecté par les maladies parodontales avec notamment le déchaussement des dents.

Également appelé récession gingivale ou récession parodontale, le déchaussement dentaire s’identifie principalement par une gencive plus rétractée autour des dents qui apparaissent alors plus longues.

Gêne à la fois esthétique et physique (hypersensibilité au froid ou au chaud), cette maladie est accompagnée par la création de poches parodontales creusant un vide entre la gencive et la dent. Ces poches laissent alors la racine apparente et vulnérable.

Les principales causes de ce phénomène

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de ce problème dentaire.

Pour vous donner une petite idée, voici une liste non exhaustive mais suffisamment fournie des principaux facteurs :

  • Accumulation du tartre et de la plaque dentaire
  • Mauvaise technique pour se brosser les dents : le brossage violent peut affecter la gencive sur le long terme
  • Utilisation d’une brosse à dent qui n’est pas adaptée
  • Soucis d’occlusion dentaire : c’est la manière dont les dents du haut se referment sur les dents du bas
  • L’action de mordiller un objet (stylo, bouchon, etc.) ou de se ronger les ongles (onychophagie)
  • Le stress, qui engendre souvent une baisse du système immunitaire
  • Le bruxisme : mouvement souvent inconscient qui consiste à frotter et faire grincer ses dents ou à les serrer trop fort
  • Des dents mal alignées : cela favorise le dépôt de tartre et de plaque dentaire
  • Le tabagisme, qui favorise également le dépôt de tarte, diminue les défenses immunitaires et perturbe l’écosystème buccal
  • Les maladies systémiques comme le VIH, le diabète, la dépression immunitaire ou encore l’hyperthyroïdie
  • La conséquence d’autres maladies parodontales comme la gingivite (inflammation gencive), la parodontite ou bien une infection gencive
  • Les mauvaises habitudes alimentaires et la malnutrition
  • Les médicaments aux effets indésirables, qui peuvent affecter la gencive

Autant de situations dangereuses qui prouvent une fois de plus la nécessité de bien prendre soin de son hygiène buccale et d’avoir un suivi constant chez son dentiste.

Quels sont les symptômes d’une gencive malade ?

Les premiers signes d’alerte d’une gencive malade sont assez évidents. Principalement la gencive est saignante et douloureuse, les symptômes sont nombreux et ne doivent en aucun cas être pris à la légère, sous peine de s’accentuer et mener à des situations critiques.

Outre les manifestations citées juste au-dessus, la rétraction anormale de la gencive, des dents très sensibles au froid et/ou au chaud, des gonflements ou encore des dents qui bougent de manière peu naturelle sont aussi des signaux d’alarmes non négligeables.

Le mieux à faire dans ces cas-là est d’entrer en contact avec votre dentiste le plus tôt possible et demander son avis d’expert afin d’éviter que votre état ne s’aggrave. Il saura vous conseiller et vous aider à opter pour la meilleure solution. Pour plus d’information vous pouvez aussi consulter le site zonedentaire.com très riche et complet.

Quelle prothèse dentaire choisir ?

Il peut arriver un jour que nous ayons à porter une ou des prothèses dentaires pour retrouver une dentition complète et retrouver de meilleures sensations de mâche. Que ce soit pour l’esthétique ou pour le bien-être de notre organisme, le port de la prothèse dentaire est une solution plus qu’indispensable. Avec tous les types de prothèses que les spécialistes proposent, il n’est pas toujours évident de choisir le type d’appareil adapté à notre dentition, à la structure de notre mâchoire. Laquelle choisir dans ces conditions ?

Les prothèses amovibles

Il n’est pas toujours aisé de bien choisir son type de prothèse dentaire. Même si nous bénéficions des conseils de notre spécialiste, notre choix dépend pour la plupart du temps du prix de la prothèse. Il est cependant important de connaître les différentes prothèses avant de fixer notre choix.

Il y a les prothèses amovibles, plus connues sous le nom de dentier. Dans cette catégorie, deux types de modèles peuvent être présentés. Il y a la prothèse amovible partielle. C’est une prothèse fixée sur un châssis métallique destiné à remplacer une partie de la dentition. Le châssis va venir se poser sur la gencive et les dents restantes à l’aide de crochets minutieusement mesurés afin de ne provoquer aucun gène au porteur. Ce type de prothèse peut être plus efficace que la prothèse complète du fait qu’elle est plus stable grâce à son appui sur les vraies dents. Elle est également moins chère que la prothèse fixe.

Puis, il y a la prothèse amovible complète. Comme son nom l’indique, cette prothèse a pour but de remplacer la totalité des dents. Les fausses dents sont réalisées à partir de porcelaine ou de résine et l’ensemble sera posé sur un socle en résine. Sa pose ne nécessite aucun implant et son coût est nettement moins onéreux que tous autres types de prothèses.

Les prothèses fixes

Les prothèses fixes quant à elles regroupent les modèles tels que les couronnes et les bridges. Tout comme le dentier, ce type de prothèse a également ses avantages bien que leur coût puisse être plus élevé. La couronne céramo-métallique par exemple est un modèle qui se pose directement sur une dent qui ne peut plus être soignée par la technique classique. Il y a également l’implant, qui quant à lui, permet de remplacer directement une racine si elle venait à être enlevée. Il s’agit ainsi en d’autres termes d’une fausse racine qui va être fixée sur l’os de la mâchoire.

Avertissement

Les contenus présentés sur cette plateforme n’engagent que leurs auteurs, qui sont par ailleurs indépendants du portail Aperçu Santé. Seuls les professionnels de santé restent compétents pour donner un avis portant de près ou de loin à la santé.

Suivez-nous !

Renseignez votre adresse mail :

Fourni par : FeedBurner

Cap Visibilité : agence web Paris Nantes Perpignan