Infirmier : salaire moyen et mode de rémunération

Le statut de l’infirmier

Le métier d’infirmier est encadré par plusieurs statuts bien distincts :

  • Le secteur public : secteur public hospitalier, territorial, éducation nationale ….
  • Le secteur privé : secteur privé hospitalier, la santé au travail …
  • Le secteur privé à but non lucratif : dit associatif
  • Le secteur du handicap et le médico-social …

Dans le cadre de la Fonction Publique Hospitalière, il y a différentes désignations du statut de l’infirmier : infirmier-anesthésiste, cadre de santé, infirmier de bloc opératoire diplômé d’Etat … Il bénéficie d’un grade (classe normale ou classe supérieure), d’un indice et d’un échelon établit selon une grille d’ancienneté par exemple.

Dans la fonction publique, toutes les rémunérations sont très encadrées en fonction de l’avancement. Depuis la réforme des retraites, des négociations ont été entérinées avec des paliers de revalorisation en 2012 et 2015.

Si le métier est exercé dans le cadre privé (en clinique par exemple), la rémunération sera encadrée par une convention collective de branche régissant tous les aspects de l’emploi d’infirmier. Les rémunérations et avancements sont sensiblement différents à celles dans la Fonction Publique Hospitalière (FPH).

Concernant le statut dans le secteur associatif, la convention collective FEHAP, est en cours de renégociation.

L’infirmier libéral lui construira son activité avec un chiffre d’affaire et reversera des cotisations sociales à des caisses indépendantes. Il est totalement indépendant et sa rémunération dépendra naturellement de son activité.

 

Comment la rémunération est-elle construite ?

La rémunération des infirmiers dans les hôpitaux et cliniques est construite avec un fixe variant comme nous l’avons vu suivant votre statut, la nature du métier d’infirmier exercé (Infirmier-anesthésiste, infirmière puéricultrice, cadre infirmier, cadre supérieur) et l’ancienneté. Une rémunération variable constituée de primes et d’indemnités vient compléter la rémunération. Des indemnités en fonction des jours travaillés (nuit, dimanche et jours fériés), de résidence dans la FPH, des bonifications en fonction de l’indice, des primes d’encadrement … constituent une part variable non négligeable dans la rémunération finale.

 

Les salaires en chiffres

Il y a une différence sensible entre les salaires du secteur privé et le traitement dans la FPH. On observe un écart de 10% en moyenne à la baisse entre le privé et le public. Selon les dernières grilles, un infirmier débutera sa carrière en catégorie A au 1° échelon avec un traitement de 1513€ hors variable. La rémunération moyenne de l’emploi d’infirmière (tout statut confondu privé public) est d’environ 2150€ net par mois, soit un salaire annuel de 33 000€ hors avantages.

Dans le libéral, l’infirmier sera rémunéré en fonction de son activité et de son chiffre d’affaires. En moyenne les libéraux s’en sortiraient mieux (ils ne sont pas salariés et soumis au statut de profession libérale) avec des rémunérations de l’ordre de 44000€ brut par an. Il faudra compter tous les frais et les tâches inhérentes à ce statut (gérer un cabinet, bien calculer ses charges et ses reversements aux différentes caisses indépendantes).

On aura compris que les choix de début de carrière sont importants. L’emploi d’infirmier est soumis à des différences de taille que l’on soit dans la fonction publique hospitalière ou que l’on s’oriente vers le privé. Une plus grande sécurité de l’emploi malgré une certaine lourdeur administrative dans la FPH, une plus grande souplesse dans le privé. Il faudra appréhender le libéral avec beaucoup de précautions même si les rémunérations peuvent sembler meilleures de prime abord.

Suivez-nous !

Renseignez votre adresse mail :

Fourni par : FeedBurner

Cap Visibilité : agence web Paris Nantes Perpignan